«

»

avr
13
2011

Sir Sergio George, Roi de la salsa moderne

Même si vous êtes fan de salsa, le nom de Sergio George ne vous dit peut-être pas grand chose… Pourtant, il est l’un des producteurs et arrangeurs de salsa les plus influents et innovants de ces vingt dernières années !

Si le label Fania a largement dominé l’industrie musicale de la salsa entre 1965 y 1985, c’est sans aucun doute Sergio George qui a depuis pris le relais. La plupart des artistes les plus populaires de ces vingt dernières années ont, à un moment ou à un autre, travaillé avec lui: Marc Anthony, Tito Nieves, Víctor Manuelle, Frankie Negrón, Johnny Rivera, Ray Sepulveda, Tito Puente, DLG, Orquesta de la Luz, Celia Cruz, La India, Jerry Rivera et bien d’autres.

D’origine portoricaine, il est né à New York en 1961 dans le fameux « Barrio Latino » (quartier hispanique de Manhattan). Il grandit en écoutant la musique de la Fania, ainsi que la musique afro-américaine qui influencera par la suite son œuvre. Il commence l’apprentissage du piano à l’âge de 9 ans et poursuit ses études au « City College Of New York », ainsi qu’au « New York Conservatory Of Music ». Il fera aussi quelques apparitions dans des orchestres telles que celles de Tito Puente, Ray Barreto et Willie Colón.

Après une courte période en Colombie dans le « Grupo Star » en 1987, il retourne à New York l’année suivante pour intégrer la maison de disque « RMM Records & Video » en tant qu’arrangeur et producteur musical. Il dirigera la plupart des enregistrements entre 1988 et 1996, avant de laisser sa place à Isidro Infante. Il lance alors son propre label « Sir George Records ».

Il contribue fortement au renouveau de la salsa des années 90 en la fusionnant avec d’autres genres, comme le R&B, la soul et le hip-hop… ce qui lui vaudra par ailleurs la critique des puristes attachés à la salsa des années 70. Le groupe DLG (Dark Latin Groove), véritable phénomène de la deuxième partie des années 90, est un très bon exemple de fusion parfaitement réussie entre la salsa et le hip-hop.

En 2004 il s’associe à George Zamora, à Miami, pour créer « SGZ Entertainment » (SGZ étant les initiales de leurs noms). Ce label sera entièrement racheté par « Univision Records » un an plus tard, mais les deux créateurs resteront à la tête de la compagnie.

Il est l’un des premiers à fusionner la salsa et le reggaeton, avec l’album d’Andy Montañez « Salsa Con Reggaeton », sorti en 2006. Selon certaines sources, c’est lui qui serait à l’origine du terme « salsaton » pour désigner cette musique.

En 2009 il crée le label « Top Stop Music », toujours à Miami. Le premier album produit est « Ciclos », du chanteur nicaraguayen Luis Enrique. Il rencontre un énorme succès auprès du public et sera récompensé par deux « Latin Grammy » (meilleur album salsa et meilleur musique tropicale pour « Yo No Sé Mañana »). Le label produit également le bachatero Prince Royce, qui triomphe depuis plus d’un an avec l’album qui porte son nom.

Bien que Sergio George soit relativement peu connu du grand public, il est particulièrement respecté dans sa profession. Il a reçu l’année passée son deuxième « Latin Grammy » du « Producteur de l’année », alors qu’il avait reçu le premier en 2008. Il laissera une empreinte indélébile dans l’histoire de la musique latine.

 

Ecouter un extrait de « Muevete » de DLG, une étonnante fusion de styles de Sergio George.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>