«

»

mai
07
2011

La famille Rivera, douée pour la salsa

Vous connaissez tous le talentueux Jerry Rivera, chanteur de salsa romantique par excellence ? Mais savez-vous que toute la famille Rivera chante ? Effectivement, la mère Dominga était chanteuse et le père Edwin était directeur et guitariste dans le trio Los Barones, et ils ont donné à leurs enfants le goût pour la musique latine.

Jerry Rivera est une icône de la salsa romantica. Jerry (Geraldo étant son vrai prénom) est né en 1973 à Santurce sur la côté nord de Porto Rico. Fan depuis toujours de Frankie Ruiz, il le rencontra en 1986, alors qu’il accompagnait son père qui jouait à Isla Verde. Agé seulement de 13 ans à l’époque, il put partager quelques chansons avec son idole et son père et ce fut la révélation : il voulait devenir chanteur de romantica. Son père présenta la même année une maquette au département musical de CBS et il fut embauché. En 1989, il sortit son 1er album « Empezando a vivir », alors qu’il n’est âgé que de 16 ans. On lui donnera comme surnom le « bébé de la salsa ». Son 2ème album « Abriendo puertas » fut numéro 1 à Porto Rico, aux USA et à travers toute l’Amérique Latine, grâce aux chansons « Esa niña », « Dime » y « Como un milagro ». Son 3ème album « Cuenta conmigo » remporta de nombreux prix, et fit obtenir à Jerry Rivera la 1ère place des ventes mondiales d’albums de salsa de toute l’histoire, après Willie Colon. Dans cet album se trouve le morceau « Amores como el nuestro » qui devint un véritable tube et qui est aujourd’hui considéré comme la meilleure chanson de Jerry Rivera.

Vous reconnaitrez certainement dans cette chanson un air repris en 2006 par Shakira dans « Hips don’t lie ». La chanteuse colombienne aurait utilisée cette même mélodie sans obtenir le consentement de la part du chanteur, ce qui lui a valu d’être accusée de plagiat.

Depuis ses débuts en 1988, Jerry Rivera a sorti un nouvel album presque chaque année, enchainant d’autres grands succès tels que « Que hay de malo » ou encore « Vuela muy alto ». En 2003, il sortit un album dédié à son idole décédé Frankie Ruiz intitulé « Cantando a mi idolo…Frankie Ruiz » dont la pochette contiendra la photo qui avait été prise lors de leur 1ère rencontre à Isla Verde, en 1986. Jerry Rivera a aussi réalisé quelques balades, a chanté du tango, et s’est même prêté à la mode du reggaeton, mais il restera incontestablement le bébé et la super star de la salsa romantique.

Le grand frère Edwin s’est aussi essayé à la salsa au début de sa carrière de chanteur. Né en 1974, Edwin fit ses études au Conservatoire de Musique de Porto Rico. Il commença sa carrière musicale comme trompettiste et choriste de Tito Rojas. Son 1er album solo « Dame un dia mas » sortit en 1993. Comme son petit frère Jerry, il aime la salsa romantique. Il connut du succès au début, mais au passage du 21ème siècle, il s’en lassa et se dédia plutôt au merengue.

Ecoutez-le ci-après. Vous constaterez qu’il y a un léger air de famille, notamment dans leur goût pour les chemises ouvertes !

Saned, la petite soeur née en 1976, commença dès l’âge de 10 ans à donner de sa voix dans des publicités.  Sous la pression familiale, elle travailla son chant et son interprétation, et se mit aussi à la salsa. Elle sortit quelques albums, dont « Prohibido » qui fut un grand succès. Réputée pour sa sensualité, elle a trouvé son public. Elle a également accompagné ses frères dans divers duos.

Il faut savoir que les deux autres frères de la famille, Ito et José, sont aussi musiciens. Mais quoiqu’il en soit, Jerry Rivera reste le frère le plus connu et celui qui a marqué le plus le monde de la salsa à ce jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>