«

»

juil
03
2011

Interview de Alexander Abreu – Concert Havana D’Primera 30 juin 2011

Nous avons assisté au concert de Havana D’Primera au New Morning, à Paris, le 30 juin 2011.

Dès notre arrivée à 18h, nous avions déjà pressenti pendant la balance que le concert allait être excellent. Il faut dire que les musiciens cubains du groupe ont tous beaucoup de talent. Le public était en effervescence pendant les 2 heures de concert ! Dans la foule, nous avons pu reconnaitre des inconditionnels des pistes de danse parisiennes et des habitués des déjeuners salsa de la Défense.

Alexander Abreu et son orchestre ont offert un incroyable spectacle et ont réussi à captiver la foule du début à la fin. Alexander est incontestablement doué pour la scène ! Le public s’est déchainé lorsque le groupe a interprété « Mi Musica ». Nous avons également pu profiter de son dernier tube « Carita de Pasaporte ».

Une fois le concert terminé, nous avons eu le plaisir de rencontrer Alexander Abreu en coulisses pour une interview. Nous remercions Karine, de Odduara, ainsi que Vu de nous avoir donné cette opportunité.

 

Interview :

Speedy : Après tes années passées au Danemark (Grupo Danson), quels sont les points positifs ou négatifs que tu retires de cette expérience européenne ?

Alexander : Aucun point négatif et beaucoup de points positifs.  Le séjour a été merveilleux. Tout d’abord, ils m’ont appris à « mixer » de manière différente, à combiner le sérieux du mode de vie européen à l’énergie cubaine, et à réfléchir à la manière de créer une musique qui touche (le public). De fait, le résultat en a été ainsi. Combiner les mots pour qu’ils puissent être compris par tout le monde, même ceux qui ne parlent pas espagnol, ou qui l’apprennent. Puis combiner ce texte avec l’énergie de la rumba, du son et de la guaracha.

Speedy : Quelle a été ta motivation principale pour retourner à Cuba après ces années passées en Europe?

Alexander : Je suis resté 4 ans au Danemark et le résultat a été bon, compte-tenu de notre production musicale. Mais cela n’a pourtant pas été totalement positif, parce qu’il était très difficile de réussir dans le reste du monde. Si ceux qui sont sur scène ne sont pas cubains, le « produit » est un peu plus difficile à vendre. Il fallait aller à Cuba. Le public veut des musiciens cubains et ceux qu’il y a actuellement sont exceptionnels.

Speedy : Des nouveaux et talentueux musiciens cubains sont apparus ces dernières années. Je pense par exemple à Maykel Blanco et plus récemment Barbaro Fines avec son Orquesta Mayimbe. Penses-tu qu’avec cette nouvelle génération, dont tu fais d’ailleurs partie, la timba peut redevenir aussi populaire à Cuba qu’elle l’était dans les années 90 ?

Alexander : Oui, je pense que oui. Je pense qu’il y a une renaissance, comme ces figures que tu mentionnes. Il y a des personnes motivées, des bons textes et des histoires intéressantes qui peuvent sensibiliser les gens. Des salsas sont créées dans des buts plus commerciaux et plus transparents.  Il semble qu’il y ait une renaissance et dans quelques années, je crois que nous retrouverons la force que nous avions dans les années 90 et peut-être même davantage.

Speedy : Il s’écoute actuellement beaucoup de reggaeton à Cuba et dans le reste du monde latino.

Alexander : Le reggaeton est un mouvement qui est devenu très important à Cuba parce qu’ils ont réalisé un travail dur. Réussir à faire quelque chose qui touche le peuple et qui bouge des milliers et des milliers de personnes est très difficile. Je pense que c’est quelque chose de bien, qui a son espace, son socle, et ils ont bien réussi. Je crois que tout ce qu’ils ont obtenu a été mérité.

Speedy : Pourrais-tu nous parler de tes prochains projets musicaux ? Après l’album « Haciendo Historia », sorti en 2009, tu as sorti deux titres en début d’année (« No Me Importa » et « Carita de Pasaporte »).

Alexander : Oui, 2 chansons qui feront partie du prochain CD qui s’appellera « Pasaporte 2011 » et qui sera disponible à la vente à la fin de l’année avec 11 thèmes. C’est actuellement mon principal projet, ainsi que mes engagements internationaux au Pérou, Colombie, Venezuela…

Speedy : Il semble que la salsa cubaine soit très populaire au Pérou ?

Alexander : Oui, le Pérou est une base très importante parce qu’il y a beaucoup d’énergie. Ils ressemblent aux cubains en cela. Il y a là-bas une grande consommation de musique. Une très bonne musique y est également produite. Ce qui se passe dans le pays avec la musique cubaine et la salsa en général est important.

Speedy : Le premier album a été un grand succès en Europe. Les chansons étaient dansables et accessibles, ce qui est probablement important en Europe où la plupart des gens écoutent et découvrent les salsas dans des lieux de danse. Ton prochain album suivra-t-il la même orientation ?

Alexander : Il y a beaucoup de choses en commun avec le premier album, mais je pense qu’il a un peu plus d’énergie. C’est la même chose, les mêmes textes, les paroles sont « faciles », avec des histoires comme celle de « Pasaporte », que j’ai moi-même écrite et qui est l’exemple de la direction que prend le CD. Il y a cependant un peu plus d’énergie, des choses nouvelles, des choses pour montrer au monde la culture que nous avons à Cuba et pour apprendre un peu plus comme nous vivons, comme nous sommes. C’est le message du disque que nous sommes en train de préparer.

Speedy : Tu es un artiste très complet, d’abord trompettiste, puis compositeur et chanteur. Quel rôle préfères-tu et dans lequel te sens-tu le plus à l’aise ?

Alexander : Avec ma trompette. Je l’ai mise un peu de côté dernièrement à cause de ma responsabilité du groupe, mais la trompette sera toujours là, la trompette est le plus important. Je continue à travailler et à enregistrer beaucoup de disques à Cuba. Je souhaite plus tard faire un disque de jazz avec le groupe. Nous verrons ce qui aboutira. C’est ça le plus important.

Speedy : Merci beaucoup Alexander.

Photos prises par Vu.

1 commentaire

  1. Martin Roy a dit :

    J’ai vue le spectacle de Alexander Abreu dans un chapiteau a Varadero Cuba
    avec un publique cubain cela a ete pour moi une découverte et l’un des meilleurs spectacle que j’ai vue dans ma vie un spectacle transporté par l’énergie des cubains
    Wow quelle beau peuple

    Un merci spéciale a mi amigo Edduar qui ma permis de recontrer Alexander avant le spectacle

    Martin

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>