«

»

nov
30
2011

Buenos Aires : mi-argentine, mi-italienne

Avec ses 40 millions d’habitants, l’Argentine est un métissage de cultures majoritairement européennes. On estime que 98 % des habitants du pays sont d’origine partiellement ou totalement européenne. Dans un premier temps, ces origines proviennent des colons espagnols qui y ont laissé leur langue, puis des nombreuses vagues d’immigration d’italiens, qui y ont laissé leur accent et leur gastronomie. En effet, on estime que plus de la majorité des argentins a une ascendance italienne, voire même 70% des habitants de la capitale de Buenos Aires.

La plus grosse vague d’immigration italienne se fit entre 1857 et 1920. Le période de 1900 et 1914 connut notamment un flux impressionnant avec l’arrivée d’un million d’italiens, essentiellement des agriculteurs et des travailleurs non qualifiés, ce qui représentait à cette époque la moitié des habitants d’Italie. Ces premiers immigrés italiens étaient pauvres et ont dû quitter leur pays à cause de sa rapide industrialisation. Ces paysans s’installèrent dans les provinces de Santa Fe, Cordoba, Mendoza et Chaco pour y créer des colonies agricoles. Ceux qui arrivèrent à Buenos Aires se sont partagés des pièces dans des maisons, comme dans le quartier de La Boca, quartier du port. Là, ils se sont construits des maisons en tôle peintes des restes de peinture de bateaux, et ils ont même appelé le quartier « La Republica de la Boca ». Ce quartier pauvre tout coloré est aujourd’hui un des quartiers les plus pittoresques de la capitale, mais il n’en reste pas moins aussi mal famé qu’il ne l’était déjà à l’époque ! Les conflits sociaux et les grèves répétées des manutentionnaires et dockers italiens seraient à l’origine des mouvements anarchistes en Argentine, inconnus jusqu’à l’arrivée de ces immigrants.

Plusieurs événements qui surgirent en Europe arrêta cette immigration massive : la première guerre mondiale, la montée du fascisme en Italie, puis la grande dépression et la deuxième guerre mondiale.  En un siècle, près de 3 millions d’italiens ont fait escale en Argentine, et principalement dans la capitale. Et pourtant, quasiment aucun argentin ne parle italien. Il faut savoir que les immigrés pratiquaient surtout le dialecte de leur région d’origine et que surtout leur volonté était davantage de s’intégrer en assimilant la langue et la culture locale plutôt que de revendiquer leurs différences. Ainsi, bien que certains mots italiens tels que « parlar » (parler) ou « laburar » (travailler) aient été intégrés dans le vocabulaire argentin, c’est l’espagnol qui prime. Mais les italiens ont tout de même laissé leur accent, leur intonation si musicale, notamment dans la région de Rio de La Plata. Il parait qu’avant l’arrivée des italiens à la fin du 19ème siècle, l’accent de l’habitant de Buenos Aires était très proche de l’andalou (du sud de l’Espagne). Rien d’étonnant alors que la voix andalouse du chanteur de flamenco Diego El Cigala colle si bien aujourd’hui au registre du tango !! Pour preuve, son album « Cigala & Tango » vient d’être primé d’un Latin Grammy Award.

Les italiens ont également laissé leur succulente cuisine en Argentine. La plupart des Portègnes (habitants de Buenos Aires) mangent la pasta et boivent du café serré. La cuisine argentine est clairement très influencée par les mets italiens : les pâtes, les pizzas, la polenta et les glaces font partie intégrante de la culture locale. Je dirai aussi que l’apparence des argentins est très italienne, non seulement dans leurs gestes, mais aussi dans une certaine élégance qui se dégage d’eux. Il n’est pas rare de croiser des hommes aux cheveux gominés et en costumes 3 pièces ainsi que des femmes extrêmement coquettes et ultra féminines. Ce n’est pas qu’un simple mythe !

Comme quoi, ce n’est pas faux de croire que Buenos Aires est vraisemblablement la ville la plus européenne de l’Amérique Latine.

2 commentaires

  1. JM a dit :

    Je ne me lasse pas de lire ces articles.

  2. LE Fustec a dit :

    Beaucoup d’argentins sont d’origine basques et allemandes et asturiennes

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>