«

»

jan
04
2012

Carlos Saura : un amoureux inconditionnel de la danse

Avec la sortie du film « Flamenco Flamenco » au cinéma en décembre 2011, Carlos Saura continue, à l’âge de 80 ans, avec sa trilogie autour de la danse. Ce réalisateur et scénariste de cinéma espagnol a toujours été connu pour son style particulier, mêlant sous forme de documentaire des personnages entiers et passionnés autour d’un thème historique ou culturel.

Jusqu’aux débuts des années 80, Carlos Saura a fréquemment dépeint la société franquiste, notamment dans « Cria Cuervos » en 1975, ainsi que la détresse humaine. Il a su retracer l’évolution de la société espagnole jusqu’à la transition démocratique avec beaucoup de subtilité afin de ne pas s’attirer encore plus de démêlés qu’il n’avait déjà avec le régime politique. Puis, il s’est intéressé ces 25 dernières années à la culture du pays, à ses racines, qui s’exprime le mieux à travers la danse et le chant flamenco. Il a ainsi réalisé les films « Noces de Sang » en 1981, « Carmen » en 1983, « El Amor Brujo » en 1986, « Sevillanas » en 1992, « Flamenco » en 1995, « Iberia » en 2005 et le dernier « Flamenco Flamenco » en 2010, qui est en ce moment projeté dans les salles de cinéma. Le réalisateur nous propose à nouveau un véritable voyage au cœur du flamenco, avec ses couleurs et ses nuances, proposé par un panel de grands artistes, musiciens ou danseurs, tels que Paco de Lucía, Manolo Sanlúcar, José Mercé, Sara Baras ou encore Miguel Poveda. Il faut savoir que Carlos Saura a toujours invité de grands maitres de la culture hispanique dans ses films sur la danse. On y retrouve effectivement souvent le grand guitariste Paco de Lucia, ainsi que les célèbres danseurs et chorégraphes Antonio Gadés et Cristina Hoyos.

Le réalisateur est un grand aficionado du flamenco qu’il ne considère pas comme une banale danse folklorique mais bien plus comme un art qui évolue constamment. C’est ce qu’il essaye encore de démontrer dans son nouveau film en y filmant des artistes de toutes générations avec des styles différents. Comme pour l’ensemble de ses 42 films, l’esthétisme tient une place importante. N’oublions pas que le premier métier du cinéaste aragonais était la photographie, et que de ce fait, ses mises en scènes sont avant tout des tableaux dans lesquels l’art est l’acteur principal, le texte venant en dernier plan après les décors et les personnalités.

En 1998, Carlos Saura s’est intéressé à une autre culture : celle de Buenos Aires et du tango argentin, qu’il met à l’honneur dans « Tango ». Ce film s’est rendu célèbre grâce à la scène mythique du couple qui danse sur la piste de la Confiteria Ideal et que vous pouvez revoir dans notre article consacré à ce célèbre salon de thé argentin. Toujours sous un aspect documentaire, Carlos Saura y raconte l’histoire d’un réalisateur de cinéma qui décide de tourner un film sur le tango afin d’oublier sa femme qui vient de le laisser. Tout comme dans ses films sur le flamenco, le scénariste a fait appel à de grands noms du tango tels que Juan Carlos Copes, Julio Bocca, Miguel Ángel Solá, Cecilia Narova et Antonio Soares Junior.

Voici la bande annonce du dernier film « Flamenco Flamenco » :

1 commentaire

  1. jm a dit :

    Les deux réalisations de Carlos Saura qui m’auront le plus marqué sont « Carmen » et « Noces de Sang ». Inoubliables

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>