«

»

oct
13
2012

Comment respirez-vous le tango ?

Dans notre article « Etes-vous un salsaholic anonyme…ou qui s’assume ? », nous comparions la passion pour la salsa à n’importe quelle forme d’addiction, avec différentes phases d’évolution qui, comme dans la passion amoureuse, dureraient 3 ans. Il y aurait ainsi une 1ère phase de découverte et d’émerveillement, une 2ème phase d’épanouissement et de maitrise de la danse puis une 3ème phase de quasi-lassitude.

Dans l’article intitulé « L’amour survit-il à la danse ? », nous évoquions les possibles mélanges de sentiments qui peuvent être éprouvés aux bras d’un très bon partenaire de danse. Les émotions qui se dégagent lors d’une danse en harmonie parfaite peuvent être interprétés, le plus souvent à tort, comme de l’amour. Nous avons également énuméré dans cet article les soucis que peuvent rencontrer les vrais couples qui font de la danse à deux, notamment du tango.

Le tango n’est effectivement pas une danse facile, et le tango argentin serait même une des danses de couple les plus compliquées à apprendre. Lorsqu’un couple décide de pratiquer le tango, il faut savoir que les deux partenaires vont évoluer différemment dans la danse avant de se retrouver, ensemble, dans un échange équilibré et confortable. La pression ressentie par chacune des personnes dépendra également du lien qui les unit, qu’elles soient proches ou totalement inconnues.

L’apprentissage du tango argentin passerait par 5 phases.

Au cours de la 1ère phase, le couple de novices découvre ce qu’est le tango, avec évidemment pour commencer la marche et le pas de la salida. Pour la fille, cela ne semble poser aucun problème, mise à part le fait de devoir marcher en reculant. D’autres pas tels que les ochos vont être très facilement maitrisés. Mais en face, le garçon n’est pas si à l’aise que cela. Il est confronté à la fois à la réalisation physique des pas ainsi qu’à la visualisation mentale de ce qu’il doit faire. L’élève doit réaliser une énorme remise en question au fil des cours et, voyant que les filles s’en sortent mieux, cela engendre bien souvent de la frustration et parfois même une réelle envie d’abandonner. Quant à la fille, elle peut parfois se demander si un autre partenaire ne serait pas plus doué que le sien, ne comprenant pas ce qu’il peut y avoir de si compliqué dans le guidage. Cela peut alors créer des tensions entre les partenaires, chacun pouvant rejeter la faute sur l’autre…

Pendant la 2ème phase, les deux partenaires se trouvent dans un même état d’esprit. Ils passent tous les deux par des moments d’émerveillement lorsqu’une figure est parfaitement exécutée, mais sont aussi très souvent confrontés au doute et à la frustration. Le garçon se rend compte que la fille peut également avoir du mal à suivre et la fille comprend de son côté que pour s’amuser en danse, il va falloir aller au-delà du simple fait de suivre les indications de son partenaire. De ponctuelles incompréhensions voire disputes peuvent exploser, notamment au sein des vrais couples.

Puis, durant la 3ème phase, il s’avère que le garçon semble évoluer plus rapidement que sa danseuse. Il prend confiance en lui, n’a plus peur de répéter de nombreuses fois les pas à réaliser et à les tester avec d’autres partenaires pour voir ce qui peut clocher quand cela ne marche pas. Les mouvements sont de plus en plus fluides, la tenue du corps est mieux centralisée, le danseur cherche à danser avec de meilleures danseuses. En face, la fille est davantage perdue car en plus de devoir suivre son partenaire, elle doit rajouter du style et de la personnalité à sa danse. Elle doit aussi avoir une tenue du corps incorrigible, ce qui n’est pas toujours évident lorsque l’on est perché sur des talons hauts. La fille veut aussi s’améliorer pour impressionner son partenaire.

Au cours de la 4ème phase, les deux partenaires ont énormément progressé et se trouvent à égalité au niveau de la maitrise de son rôle dans le tango. Les deux se sentent enfin en totale connexion, le garçon arrive à guider ce qu’il souhaite à sa danseuse, la fille arrive à insérer de la légèreté et de la beauté dans ses pas. Les deux partenaires se rendent compte que les deux rôles sont importants et complémentaires dans le tango et que ni l’homme ni la femme détient le rôle principal.

Nous arrivons enfin à la 5ème phase. Les danseurs prennent conscience que le tango ne s’apprend pas en 6 mois et qu’il nécessite de la persévérance et de la pratique pour évoluer. Un danseur peut être « débutant » pendant un grand laps de temps au cours duquel il est en constante formation. En effet, le tango ne représente pas simplement des pas à exécuter, il demande également une posture particulière du corps, une connexion sans pareil entre les partenaires, de l’élégance, de l’interprétation, de l’émotion, du partage, un abandon à l’autre…Au fil des années, les danseurs vont apprendre tout cela jusqu’à ce que cela devienne un vrai mode de vie et que danser le tango soit ce qui est de plus naturel pour eux…

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>