«

»

nov
20
2012

Tango, un amour à la grecque

Les grecs sont certes adroits pour danser le syrtaki, mais c’est là un gros cliché car ils sont également très doués en matière de tango. Une des très célèbres chanteuses grecques Haris Alexiou a même chanté un tango qui est devenu culte.

Aujourd’hui âgée de 62 ans, Haris Alexiou a commencé sa carrière dans les années 1970. Sa voix charismatique et sa puissante présence scénique ont fait d’elle une figure unique et indispensable de la musique grecque contemporaine. Avec 30 albums à son actif, elle représente dans son pays la seule chanteuse a avoir vendu autant d’albums. En 1996, elle écrit et chante To Tango tis Nefelis sur la musique de Loreena McKennitt, dont le morceau original s’intitule « Tango To Evora » . Ce titre repris en grec resta plusieurs mois en haut des charts des meilleures chansons écoutées Europe.

Ce morceau est souvent entendu en soirée et il est régulièrement repris pour les shows, comme ci-après dans ce très joli montage d’une démostration de Mariano et Cosima Diaz Campos :

 

Pour rester dans la danse, Tango Mon Amour est un groupe de jeunes danseurs professionnels de tango, pour la plupart des grecs, qui enseignent à Paris et à Lyon. J’ai fait leur connaissance en début d’année à la milonga parisienne El Garron, et j’ai été bluffée par leurs prestations. Cette « troupe » organise aussi chaque année à Lyon le Festivalito Mon amour , la 2ème édition ayant lieu les 15, 16 et 17 février 2013.

Dimitris Biskas et Mariana Patsarika ont rejoint l’équipe de Paris en septembre dernier. Ils étudient tous les deux les arts de la danse à l’Université Paris 8 et dansent en couple depuis 2007. Dimitris a commencé à danser les danses standard et latines à l’âge de 10 ans alors que Mariana excellait déjà en danse classique et contemporaine à 4 ans. A Thessalonique, au nord de la Grèce, elle toucha aussi aux danses latines et au modern jazz. Ils découvrirent chacun son tour le tango, en 2006 et en 2007, avant de partir l’étudier en profondeur à Buenos Aires. De retour en Grèce, le couple perfectionna son style, aéré et subtil.

Haris Hatzimihail et Malika Pitou-Nicolier enseignent, quant à eux, à Lyon. Haris a découvert le tango argentin en Grèce à 18 ans. Grâce à des cours complémentaires de yoga et de percussions, Haris a appris à se servir des harmonies et des énergies. De 2008 à 2010, il collabore avec Mariana Patsarika et en 2010, il commence à travailler avec Malika Pitou-Nicolier. Ils affinent leur apprentissage et leur style auprès de professeurs tels que Gustavo Naveira et Gisele Anne, Sebastian Arce et Mariana Montes, Gaston Torelli et Moira Castellano, de grands noms du tango fluide et original. Ils s’intéressent à d’autres danses comme  le street jazz, la danse contemporaine et même le hip-hop, afin d’agrandir leur conscience corporelle. Ils allient merveilleusement tradition et créativité, laissant une grande place à l’improvisation, tout comme leurs maestros.

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais pour ma part, j’ai craqué pour Mariana d’un côté et pour Haris de l’autre !

2 commentaires

  1. Miss Pompon a dit :

    Je vais être partiale sur ce coup là, j’adore Mariana & Dimitris, je suis leurs cours depuis la rentrée et je suis enchantée de leur pédagogie et de leur gentillesse.

    1. Muneca Linda a dit :

      Tu penses aller à festival de Lyon au mois de février ?

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>