«

»

août
03
2013

Les étés de la danse à Châtelet

Le festival Les Etés de la Danse du Théâtre du Châtelet vient de clôturer sa 9ème édition. Cette année, il a invité le Ballet national de l’Opéra de Vienne Wiener Staatsballett à y faire 21 représentations magnifiques. Depuis sa création en 2005, le festival invite chaque année une compagnie, un chorégraphe ou un interprète célèbre et de grande notoriété internationale, avec toujours une programmation en 3 volets : des chorégraphies emblématiques de la compagnie, une création et un grand ballet du répertoire connu. Cet évènement permet chaque été de toucher un public plus large que celui habituellement initié.

Pour son passage au Théâtre du Châtelet, le Ballet national de l’Opéra de Vienne Wiener Staatsballett a choisi de rendre hommage à Rudolf Noureev. Le ballet n’était pas venu à Paris depuis 1968 ! Composé de 80 danseurs, de nombreuses figures de la danse y ont travaillé depuis sa création en 1622. A l’époque, Eléonore de Gonzague, épouse de l’empereur Ferdinand II de Habsbourg, tenait à emporter d’Italie sa passion pour la musique et la danse. Un ensemble de danseurs professionnels fut créé au début du 18ème siècle. La compagnie de Ballet de l’Opéra de Vienne vit le jour à la fin du 19ème siècle.

Le passage de Rudolf Noureev à sa direction laissera à jamais son empreinte, de la même façon qu’il a marqué le Ballet de l’Opéra de Paris, au sein duquel il a été danseur étoile avant de le diriger de 1983 à 1989. Décédé en 1993 du sida, Rudolf Noureev a indéniablement bouleversé la perception de la danse classique masculine. Il a en effet rééquilibré les rôles entre danseur et ballerine en apportant du poids au personnage masculin dans le ballet, lui qui était jusqu’alors quasiment réduit au rôle de porteur. Il était connu pour ses excès de star et son fort caractère mais aussi pour sa délicatesse et son humour.

Le nouveau directeur du Ballet de Vienne Manuel Legris a choisi d’honorer ce grand danseur qu’était Rudolf Noureev, notamment avec la célèbre pièce de Don Quichotte. Depuis son arrivée en 2010, Manuel Legris clos toujours chaque saison avec une œuvre de son mentor russe qui l’a nommé danseur étoile en 1986. Manuel Legris danse depuis l’âge de 4 ans. Il était réputé pour sa facilité à passer du répertoire classique au contemporain, toujours avec une technique de danse irréprochable et une expression corporelle très riche. Il a quitté la scène de l’Opéra Garnier en 2009 à 43 ans, un an après l’âge obligatoire de la retraite de ce lieu, et il a pris les rênes du Ballet national de Vienne l’année suivante, d’une main ferme mais juste. Il faut dire qu’avant son arrivée, le ballet était victime de grosses disputes inter-syndicales. En plaçant la compagnie sous le culte du grand Rudolf Noureev et en mettant un peu de disciple et d’ordre au sein des danseurs et autres membres (il y a aussi fait un peu le ménage !), il a réussi à la pousser vers le haut, pour la faire  figurer aujourd’hui parmi les 6 meilleurs ballets au monde.

J’ai assisté le weekend dernier à une des représentations du ballet Don Quichotte donnée au Théâtre du Châtelet et j’ai effectivement été éblouie par la qualité des danseurs de ce corps de ballet. La chorégraphie montée par Manuel Legris a bien évidemment été inspirée de l’œuvre de Rudolf Noureev. Ce ballet relate l’épisode des « Noces de Gamache » du roman de Cervantès. Le personnage de Don Quichotte circule à travers les différentes scènes, avec son acolyte Sancho Panza, nous montrant l’évolution de la relation amoureuse qu’entretiennent la belle Kitri et le barbier Basilio. Les hommes sont réellement mis en avant dans cette pièce, aussi bien Basile, le Toreador ou encore le chef des gitans. La pièce fait place à beaucoup d’humour et de professionnalisme. Du charisme, de la méthode et de l’acharnement, voilà ce qui caractérise la patte Legris dans le ballet de Vienne.

Une tournée parisienne réussie pour le 20ème anniversaire de la mort du danseur et chorégraphe russe Rudolf Noureev. Lui qui disait « tant qu’on danse mes ballets, je serai vivant », sa volonté semble avoir été respectée…

1 commentaire

  1. Muneca Linda a dit :

    Retrouvez ici notre article sur le Ballet Nacional de Cuba avec une vidéo de leur spectacle de Don Quichotte : http://www.salsatango.fr/2011/07/29/du-ballet-nacional-de-cuba-au-miami-city-ballet/

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>