«

»

jan
24
2015

Sara Baras nous ouvre son cœur dans « Voces, suite flamenca »

J’ai assisté au nouveau spectacle flamenco de Sara Baras « Voces, suite flamenca » il y a quelques jours. Comme à son accoutumée, la bailaora revient sur la scène parisienne deux ans après son dernier spectacle « La Pepa » de 2012.

Dans « Voces », la danseuse a voulu partager les racines du flamenco en rendant hommage à ses plus grands représentants, danseurs ou musiciens. Ainsi, des portraits de Paco de Lucia, d’Antonio Gades, de Camarón de La Isla, d’Enrique Morente et de Moraito sont présents sur scène, et chaque tableau de danse est lié à leur histoire. En effet, le spectacle nous invite à entendre quelques paroles de ces grands artistes et le thème abordé dans le court extrait est ensuite revisité par une danse. Contrairement au spectacle de « La Pepa » qui retraçait une histoire autour de Sara Baras et de ses danseurs, l’accent est mis ici sur la présence, la simplicité et la prestation du danseur en tant que tel. Point de trame ni de fioritures mais une succession de danses de très haut niveau chorégraphiées par Sara Baras ou par son danseur invité et époux José Serrano.

Le message que l’artiste a voulu passer à travers ce dernier spectacle est invraisemblablement la passion pour la danse et l’émotion qui s’y dégage, et le public n’y échappe pas une seule seconde. C’est en retenant son souffle que nous voyons Sara Baras tourner sur elle-même, claquer des doigts et enflammer le parquet d’un zapateado irréprochable. Les prestations des danseurs de sa compagnie sont également excellentes, et nous pouvons y apercevoir déjà une plausible future relève. Quant à José Serrano, il incarne parfaitement le danseur viril de flamenco, avec ses ports de bras extrêmement maîtrises et une allure de toreador parfaitement assumée.

Sara Baras nous offre beaucoup de générosité dans ce spectacle, en nous laissant entrer dans son espace d’émotion. Nous connaissions son caractère de feu et sa grâce naturelle, son talent ne se commente plus. Mais Sara Baras nous a ouvert les portes de sa sensibilité avec un spectacle épuré, où elle se dresse devant nous sans faux-semblants. Elle porte merveilleusement bien le costume masculin, mais on ressent en elle une vraie féminité, forte et courageuse. Quelle n’a pas été notre surprise lorsqu’en plein milieu d’une danse, qui se faisait en silence et en toute sincérité, nous entendions un petit « olé » venant des coulisses. Il s’agissait en fait de son petit garçon de 3 ans José qui soutenait sa maman. Le masque de la perfection de Sara Baras est tombé quelques secondes pour laisser place au sourire d’une mère aimante.

La maternité semble lui aller à merveille et c’est sous une véritable ovation que la danseuse a pu quitter la scène, en famille.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>